Créer mon blog M'identifier

The black house, Peter May

Le 4 juin 2013, 18:17 dans Culture 2

Je pensais aborder, dans ce second article, l'univers de l'édition mais voilà qu'un bouquin me tombe sous la main... Un thriller, bien sûr ? J'hésite.

Voilà une drôle de rencontre... 

Un ami écossais m'a envoyé, en échange de "Dégâts collatéraux", le dernier roman de Peter May paru en "poche", The black house, le premier volet d'une trilogie : la trilogie Lewis.

Originaire de Lewis, ce roman l'avait interpellé puisque l'action s'y passe, justement. Sauf qu'il ne pouvait savoir que je ne lis que très rarement des thrillers... histoire de ne pas "pomper" les idées des autres !

 

Déjà, le moins qu'on puisse dire, c'est que la couverture est magnifique. Donne-t-elle le ton? Pas si sûr. 

L'histoire, tout d'abord : Fin, un policier originaire de Lewis établi à Glasgow, est rappelé sur son île natale à la suite d'un meurtre sordide dont le modus operandi ressemble furieusement à celui d'une affaire dont il s'occupe. La victime est une vieille connaissance (faut dire que tout le monde se connaît sur ces îles), un personnage brutal et rarement sobre. Qui est le coupable ? L'un des anciens amis du policier ? L'un de ses anciens ennemis ? 

En fait, là n'est pas forcément l'intérêt du livre : cette affaire n'est qu'une sorte de fil conducteur, de toile de fond. Le premier plan est occupé par les protagonistes de l'histoire, et un aller-retour constant entre passé et présent. Qui est qui ? Des secrets longtemps enfouis, des haines, des amours contrariés... Et si les réponses étaient cachées dans ce passé turbulent?

 On ne peut pas parler de suspens insoutenable : un rythme lent au fil des souvenirs et des rencontres. Une action qui se précipite dans les dernières pages et un final qui, en fin de compte, m'a laissée sur ma faim de certitudes. 

 Néanmoins, le livre délivre page après page une vraie atmosphère et nous fait voyager dans des paysages magnifiques et sauvages, au coeur de traditions ancestrales. 

Alors déçue ? Oui pour le suspens négligé, baclé à la fin, non pour l'atmosphère que réussit à instiller l'auteur. 

 

A découvrir si vous aimez des auteurs français comme Fred Vargas, par exemple. 

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

 

Ce blog, pour quoi faire ?

Le 27 mai 2013, 17:44 dans Culture 1

 

Je suis auteur de romans policiers, éditée à compte d'édition (nous y reviendrons dans un article). Cinq déjà publiés, d'autres à venir. (Si affinités, voir mon site auteur, www.christine-brunet.com). Mais je suis également une lectrice affamée de différence. 

Dans ce blog, je parlerai du monde de l'édition, de l'écriture, de la conception d'un roman policier et des thrillers que je découvre.

Sujet du prochain article ? le monde de l'édition. 

Une question pour tous ceux et toutes celles qui passeraient par là : selon vous, quel est le nombre d'éditeurs en France aujourd'hui ?